Suivre des consignes simples

photo 1photo 2

 

Cliquez sur l’image ci-dessous pour regarder la vidéo :Anabel et ErikCette vidéo montre comment Anabel commence une séance avec la consigne « regarde-moi », où l’on voit que ça agace un peu Erik. Quand il regarde, il obtient un point (avec 3 points il gagne une chips en récompense). Ensuite elle commence le programme : dans ce cas elle travaille : « comment tu t’appelles ? », « je m’appelle Erik ». « Comment je m’appelle ? », « tu t’appelles Maman ». Quand Erik obtient un point, Anabel lui présente à la hauteur de ses yeux, pour rétablir le contact visuel. Dans la vidéo une autre consigne est donnée :  » place le point »

Ce programme est pensé pour apprendre à l’enfant à comprendre quelque chose qu’on lui dit. Concrètement, on lui apprend à obéir à une consigne simple : « assieds-toi », « donne-moi », « prends », « viens », « éteins la lumière ».  Ceci s’appelle l’entrainement au « langage réceptif », car on apprend à l’enfant à recevoir un message verbal et à y répondre de manière appropriée. L’enfant se détend en comprenant ce qu’on attend de lui et on crée une très bonne ambiance de travail. De plus, cela facilite énormément le travail quotidien sur le développement de la compréhension.

Comment faire cet entrainement ? En le divisant en petites étapes, en le faisant avec lui, en le guidant et l’orientant.

On commence ce programme dès que l’enfant a acquis l’imitation gestuelle de base et l’imitation avec objet (Anabel fait travailler ces 2 imitations en même temps).

Voici quelques exemples d’exercices :

Exercice 1 : « assieds-toi »

Étape 1 : prendre une chaise adaptée à la taille de l’enfant. La poser juste derrière lui.

Étape 2 : dire  » assieds-toi » et aider l’enfant à s’assoir.

Étape 3 : Le renforcer, en le félicitant ou avec un aliment qu’il aime, dès qu’il s’assoit

Étape 4 : Le faire se lever (ou le lever si nécessaire), et recommencer les phases 2 et 3.

Étape 5 : A chaque fois qu’on lui dit de s’assoir, diminuer la guidance. Cela signifie qu’il faut diminuer l’aide physique pour qu’à chaque fois il soit plus responsable de l’acte de s’assoir. A chaque fois qu’il s’assoit, il faut le renforcer. On augmente petit à petit la distance entre la chaise et l’enfant.

Quand il devient plus coopératif au moment de s’assoir en réponse à la consigne donnée, et qu’il est capable de la suivre et de s’assoir environ 5 secondes, il faut lui demander de s’assoir sur des périodes de plus en plus longues et lui faire faire des activités qu’il apprécie particulièrement : bulles, pâte à modeler, puzzle…

photo 3

 

Exercice 2 : « les mains sur la table »

Prendre ses mains doucement avec les nôtres et les poser sur la table (en tenant les mains ensemble on lui donne une information proprioceptive calmante, on le sécurise et on peut le guider pour d’autres exercices).

Le mouvement ou l’autostimulation manuelle excessive est souvent à l’origine de la perte d’attention de l’enfant. Il peut être parfaitement assis et vous regarder, mais s’il bouge les mains ou agite les bras, il est possible qu’il n’entende aucun des mots que vous lui dites.

Étape 1 : dire « les mains sur la table ». S’il ne le fait pas, l’aider doucement à poser les mains sur la table.

Étape 2 : toujours le renforcer (avec un petit morceau d’aliment qu’il aime et beaucoup de félicitations sociales :  » génial, tu as mis les mains sur la table « ).

Étape 3 : A mesure qu’il le fait de mieux en mieux, on diminue la récompense alimentaire, mais maintient les félicitations verbales. On arrivera à un moment où il n’y aura plus de renforçateur car l’enfant aura appris que ceci est une routine.

Nous pouvons utiliser une aide visuelle :

photo 4

Exercice 3  » Regarde « 

« Regarde-moi » (diriger et maintenir l’attention de l’enfant) fut une étape conseillée à Anabel, mais rapidement elle a découvert qu’il s’agissait d’une consigne invasive pour Erik, elle a donc décidé de remplacer cette consigne par « regarde ». On découvre les deux cas :

  • 1 – Utilisation de la consigne « regarde-moi » pour établir le contact visuel :

Étape 1 : le faire s’assoir sur une chaise ou à une table en face de vous.

Étape 2 : dire  » regarde-moi » toutes les 5 ou 10 secondes

Étape 3 : le renforcer avec des choses qu’il aime beaucoup et des félicitations pour avoir regardé votre visage. Au début, une réponse correcte sera qu’il vous regarde dans les yeux pendant minimum 1 seconde, et les 2 suivantes vers vous. Lui dire « tu regardes très bien  » et le récompenser en même temps.

Étape 4 : s’il ne vous a pas regardé le visage pendant cet intervalle de 2 secondes, regarder de l’autre coté environ 5 secondes et ensuite recommencer la consigne.

Étape 5 : quelques enfants ne vous regarderont pas quand vous direz « regarde-moi ». Il faudra donc guider la réponse. Vous pouvez le faire en tenant un biscuit ou un jeu qui tourne (ou tout autre chose que l’enfant va vouloir regarder), directement dans la ligne de vision entre vous et l’enfant, en même temps que vous donnez la consigne. Ensuite vous répétez la consigne (« regarde moi ») et la présentation de la guidance (bouger un morceau d’aliment dans sa ligne de vision et le maintenir au niveau de vos yeux).

l’expérience avec Erik : Le contact visuel d’Erik était très faible. La consigne « regarde-moi » a demandé beaucoup de travail. Il y a même eu des moments où il rejetait la consigne et Anabel a arrêté de la donner. Mais elle a toujours stimulé le contact visuel en lui proposant le matériel de travail ou les récompenses à la hauteur des yeux.

Maintenant qu’Erik peut parler, elle lui a demandé pourquoi il ne la regardait pas quand il parlait ou quand elle lui parlait. Sa réponse a été : « parce que la bouche s’ouvre ». En fait il est parfois difficile pour lui de concilier l’information visuelle avec l’information auditive.

Il ne faut jamais trop insister avec certaines consignes, mais  chercher des trucs ou des stratégies pour atteindre un objectif.

Son contact visuel est chaque fois meilleur (même s’il n’est pas parfait) et Anabel essaie de l’obtenir en situation naturelle. Plus tard elle travaillera le thème « comment améliorer l’attention et le contact visuel ».

photo 5

  • 2 – Utilisation de la consigne « regarde » :

On présente devant l’enfant un objet de couleurs vives et sonore (une bouteille sensorielle sonore) en même temps que l’on dit « regarde ». Ensuite la même chose mais sans objet sonore. D’autres suggestions pour travailler cette consigne très importante « regarde » : lâcher un ballon de baudruche préalablement gonflé, faire des bulles, lancer une balle, utiliser une lampe de poche projetant de la lumière sur le mur….

photo 6

 

Exercice 4 :  » Écoute « 

Si nous familiarisons l’enfant aux sons il est possible d’ajouter la consigne  » écoute  »

photo 7

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s