Imitation motrice

 

 

Anabel a commencé le travail sur le changement des comportements en mai 2007, quand Erik avait 2 ans et 9 mois. Elle avait essentiellement travaillé jusque là la stimulation sensorielle – et elle continue toujours – mais il était devenu nécessaire d’aller plus loin. A ce moment là, Erik parlait à peine, il faisait régulièrement des colères, il ne pointait pas, n’imitait pas, son attention et sa concentration étaient très faibles et il bougeait constamment, faisant preuve d’une hyperactivité excessive. Son jeu préféré : sortir les cuillères du tiroir et les aligner sur la table de la cuisine. Quand ils sortaient dans la rue, Erik pleurait régulièrement et il était désorienté dans les espaces ouverts, comme les parcs .

Le travail avec Erik a commencé de manière structurée, et avec de petits objectifs, l’imitation, le suivi de consignes simples, la compréhension du langage et comment jouer. Il est important de passer un bon moment avec l’enfant afin qu’il soit motivé, et d’utiliser pour cela la stimulation positive.

Exercices d’imitation motrice :

Quand les enfants ont acquis la faculté d’imiter, le changement en eux est énorme : ils commencent à être plus sociaux, à imiter ce que font les autres, souvent le langage se développe et certains commencent à montrer de nouvelles habilités. L’imitation est la base de l’apprentissage.

Avec Erik, Anabel a commencé à faire des exercices face à face à table, puis ils se sont installés au sol.

On fait une action (par exemple lever la main) et aussitôt on dit « fais pareil ». L’enfant doit imiter l’action (il ne faut pas donner la consigne « lève la main »). Chaque fois que l’enfant le fait correctement, avec ou sans aide, il reçoit une récompense : un morceau de quelque chose qu’il aime, une caresse, et un « Bravo, qu’est-ce que tu as bien levé la main ». Si l’enfant ne fait pas l’action, on peut lui prendre les mains et l’aider à faire le geste. Chaque session est composée de 3 exercices, et chacun doit se répéter 5 fois. A chaque fois que l’enfant maîtrise un exercice on le remplace par un nouveau.

  • lever la main
  • poser les mains sur les cuisses
  • lever les bras
  • étendre les bras sur le coté
  • se toucher le ventre
  • secouer la tête
  • faire au revoir avec la main
  • se frotter les mains
  • poser les mains sur la tête
  • pointer de l’index
  • faire oui avec la tête
  • croiser les bras
  • s’embrasser
  • se toucher le nez (et les différentes parties du visage)
  • se gratter la tête
  • se couvrir la bouche avec les mains
  • pencher la tête vers l’avant
  • se lever / s’asseoir
  • s’accroupir
  • exercices de praxies (à voir plus tard : ouvrir la bouche, tirer la langue, imiter le cheval, imiter un bisou…)

Pour maintenir son attention, Anabel faisait des bulles de savon. Sur la table elle plaçait des accessoires qu’il adorait : toupie, langue de belle mère, train, moulin lumineux. Elle jouait avec lui en récompense.

Le lien suivant (à la fin du texte) vous montre un exemple de travail avec Erik. Avant de commencer Anabel capte l’attention d’Erik, ensuite la consigne est « fait pareil » (mach nach) : https://elsonidodelahierbaelcrecer.blogspot.com/2009/01/imitacin-motora-gruesa.html

Une réflexion sur “Imitation motrice

  1. Pingback: Comment commencer à stimuler | Le chant de l'herbe by Anabel Cornago

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s